À propos d’un groupe de travail bénévole pour un Plan numérique pour le QuébecÀ propos d’un groupe de travail bénévole pour un Plan numérique pour le Québec

Je suis pas mal content de pouvoir vous partager ce matin quelques discussions qui ont été amorcées dans les dernières semaines. Reçu un coup de fil de Claude Malaison qui me demandait si j’avais du temps pour m’impliquer (à distance) dans un groupe de travail sur le Québec numérique. J’ai dit oui, bien entendu. Voici la première pierre de l’édifice à construire (j’ai ajouté un peu d’emphase dans le texte):

Pendant la campagne électorale, nous avons tous déploré l’absence de débats et d’engagements autour du numérique et du gouvernement ouvert. Encore plus préoccupant, bon nombre d’entre nous avons constaté un réel manque de sensibilité à tout ce qui est numérique ou nouvelles technologies de l’information et des communications (NTIC) chez nos politiciens en général. En effet, lorsque interrogés sur ces sujets, peu d’entre eux sont en mesure d’exprimer une vision claire du potentiel que représentent les idées et les capacités du savoir faire de nos entrepreneurs et de la société civile québécoise sur les questions du numérique et du gouvernement ouvert.

À la suite de l’élection du 4 septembre dernier, M. Jean-François Gauthier, co-fondateur du mouvement Démocratie ouverte, a contacté M. Claude Malaison, lui aussi membre du collectif, pour lui faire part d’une idée: amorcer une collaboration citoyenne entre les personnes préoccupées par les enjeux du numérique au Québec et du gouvernement ouvert afin de proposer un plan de match pour l’avenir. L’un et l’autre ont contacté des gens autour d’eux pour valider leur intérêt à y participer. Les personnes suivantes ont accepté (par ordre alphabétique):

Le groupe s’est réuni une première fois et a immédiatement convenu de la nécessité d’être inclusif et transparent dans la démarche. Suite à une seconde rencontre, le groupe s’est élargi par l’ajout de personnalités importantes de la scène québécoise du numérique, soit M. Michel Cartier et Hervé Fischer. Au cours des prochains jours, nous publierons sur le site de Démocratie ouverte un premier document de réflexion sur lequel il sera possible de réagir.

Pour ce faire, nous structurerons les débats autour d’un outil qui permettra la participation et la collaboration. Nous souhaitons identifier de nouvelles idées ou pistes de solutions et générer des consensus. Nous souhaitons construire rapidement une stratégie numérique cohérente et attractive qui pourrait être proposée aux autorités politiques concernées (et portée par la société civile). Nous pourrons par la suite jeter les bases d’un plan numérique pour le Québec. Pour l’instant le numérique est encore perçu comme un outil parmi tant d’autres. Nous croyons qu’il pourrait être un puissant levier de développement économique, social, culturel et démocratique.

Plus qu’un outil, la révolution numérique est une des pierres d’assise sur laquelle nous devons construire le Québec de demain!

Signé: Les membres du groupe de travail bénévole pour un Plan numérique pour le Québec

J’ai à coeur la mise en place d’une culture numérique au Québec, parce que j’ai à coeur la culture du Québec. Ce n’est plus une question de futur, ça se conjugue maintenant au présent. À suivre (via entre autre, le mot-clic #PlanQc)!

One thought on “À propos d’un groupe de travail bénévole pour un Plan numérique pour le QuébecÀ propos d’un groupe de travail bénévole pour un Plan numérique pour le Québec

  • 2012/09/25 at 16:53
    Permalink

    C’est une cause importante et critique pour notre prospérité future. En plus d’avoir un impact culturel majeur, le numérique est un secteur de création de richesse et d’exportation. Il est temps que les pouvoirs publics se réveillent!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *