Clio

In Greek mythology, Clio (traditionally /ˈklaɪoʊ/, but now more frequently /ˈkliːoʊ/; Greek: Κλειώ, Kleiṓ; “made famous” or “to make famous”) is the muse of history. https://en.wikipedia.org/wiki/Clio

Le texte en français suit la version anglaise.

This was a pretty easy post to write. I knew what I wanted to convey. My thoughts had the time to settle in the last three months. I knew that writing this with a view on the lake, surrounded by trees  and birds songs, would be perfect. Nothing is ever perfect. Still. It’s a new dawn. And I am feeling good. So good. 

I published my Ikigai post in early May after several months of soul searching that started in January 2020. I have had so many awesome conversations since (many ongoing, many just about to start). Mentioned to my wife a few times after some of these calls “my brain sort of exploded just right now”…

I also read a lot. I knew, humbly, that I had an incomplete understanding of the climate crisis. An informed opinion, but not the perspective of an expert. I went exploring and discovering. Mind boggling, but in a good way. Ideas to dig into, frameworks, questions. Enough certainty to confirm my intuitions. Enough depth to keep me busy for the rest of my life.

I had on my bed table for a while two magazines.  MIT Technology Review: Welcome to Climate Change and Wired: How We Will All Solve the Climate Crisis. Finally read both over two weeks sitting in front of a lake. Left me psyched and full of despair. This duality seems to be part of the fragile equilibrium for anyone dedicating themselves to this crisis.

I am pretty bored of the “change the world” mantra. How about the heroic and epic “save the world” instead? I do not think we can. The world has become what it is. I have two resolutions, work on mitigation (trying to reduce the negative impacts as much as possible) AND on adaptation (to the consequences of having effed up our planetary ecosystem). Technology and innovation can help us, of course. Mostly for human challenges I believe. 

One sentence came to me, as I spoke with several people, to summarize my mindset in the last few months. “I know in which direction I want to go. I just don’t know which vehicle will get me going”. 

In fact, my internal discourse was quite simple and not different from how I had navigated these situations in the past. Start from intuitions and insights. Ideas not fully formed. Have a few hypotheses. Searching for refinement and validation.  

I explored different paths. Join a local firm that has climate change as a current priority, as a core mission? Join a firm or company that has the climate crisis as a core component of its future (2020-21) strategy, to lead this transformation? Bootstrapping something new from scratch? Appealing as an entrepreneur but seemed like having the least impact short term. Or since the climate crisis is a global challenge, how about joining an international organization to develop a strong presence in Montreal, connect to the broader network?

I had some key principles in mind. It would be in Montreal, with global ambitions. Likely something like an investment fund. I have learned a lot about investing in early stage companies. It’s quite specific and not that broadly understood. I still have so much to learn, but I could contribute for sure. Supporting entrepreneurs and projects aiming to “save the world”. We need more of them to try. Lots more.

It had to be in a collaborative and ecosystem development mode. If you know me, you know that this is who I am. And ideally a chance to measure social and environmental impact.  Even if it’s still hard and imperfect. Participate in the development of frameworks and methods and tools. All this in parallel with my part-time role as a venture partner at Real, still ongoing.

And of course if I am posting this today, it is because I found the right fit.

Going in the right direction, with a certain velocity, and aligned to the principles stated up here. In Montréal, an environmental and social impact think tank, investing in the ecosystem and in entrepreneurs. It has been in the works and so collaborative I did not even realize what it was becoming in the last year. It started as a joint project and has now evolved into much more. 

We met building together the Future Economy Lab, a partnership between La Maison de l’Innovation Sociale, the McConnell Foundation, SecondMuse and Real Ventures.We brainstormed and organized workshops with the investment community in Montreal to understand the challenges of funders as well as entrepreneurs, in sectors closely related to climate change, notably agrifood and transportation. As we were progressing on our research, intuitions became anecdotes, and then the emergence of data and indicators. While still early, we are finding some clear directions to follow. 

That’s how I met Todd, Natalia, Chad, Carrie and a few others from the SecondMuse team. Discovering their passion, ideas, energy, dedication and authenticity. Everytime I met a new person, I had this feeling of joy. I could certainly see myself wanting to work even more. And I will.  

I am joining the SecondMuse Capital team as a Senior Director to scale their ecosystem development approach to climate impact investment, and design a new investment fund in Quebec.

SecondMuse is an impact and innovation company that builds resilient economies by supporting entrepreneurs and the ecosystems around them. They do this by designing, developing, and implementing a mix of innovation programming and investing capital. From Singapore to San Francisco, SecondMuse programs define inspiring visions, build lasting businesses, and unite people across the globe. Over the last decade, they’ve designed and implemented programs on 7 continents with 600+ organizations such as NASA, The World Bank, and Nike. To find out more about how SecondMuse is positively shaping the world, visit: www.secondmuse.com.

The second muse is about history, in her capacity as “the proclaimer, glorifier and celebrator of history, great deeds and accomplishments”. She raises others. Her name is Clio. I love this origin story and the implied mission. Remembering and telling stories of the past and imagining future history (which is by the way, the present time).

Hence I am starting now, part-time and fully dedicated. Defining and designing how we are going to work together to “save the world” and the humans living in it. Even superheroes need to band together to fight the greatest menaces. Optimist and pragmatic humans too. I will continue to invest and contribute in the Montreal Startup Ecosystem. Via our small 2 person office in Montréal with SecondMuse, 3 or 4 days a week, and as a Venture Partner at Real.

I will be meeting you all in August and September to raise sponsorship for the The Future Economy Lab, a collaborative, membership-based research and design lab with a focus on creating an inclusive and resilient climate economy in Quebec. Found many great partners and are looking for more who share our vision. To fund research, development, publication and collaboration around Climate innovation and data. And of course supporting climate entrepreneurs. We are looking at raising a $50M private investment fund, inspired by venture capital, with impact at the forefront. We think we could have a first close in late 2020, with the initial interest we already have. 

I will also be recruiting investment professionals, scientific collaborators, advisors, climate change and sustainable development experts. Ideally women and from under-represented minorities. Because starting something new is a great moment to rebalance.

My new email address will be sylvain.carle@secondmuse.com and I am keeping the same cell phone number as the one I had since late 2014. My  sylvain@realventures.com address is still active, for everything tech startup, but not environmental and impact focused. 

You can read the SecondMuse press release on their website. And if you are curious to learn more, come and meet me at my “Exploring climate tech” roundtable at StartupFest and then for a virtual coffee conversation after (with all benefits going to TechAide for Centraide). I will also be organizing more online sessions in August and this Fall, to meet and exchange ideas and projects with those who share our passion and dedication to Climate Change, tech and innovation. To make a significant impact, with all the creativity, ingenuity and progressive values we have here.

There is this saying about thinking globally and acting locally. I would like to suggest that the 21st century version, and certainly the 2020 vision, should be to think local for global action. It’s a nuanced version, but an important one. 

Start with what you have in your backyard, and offer it to the world. It’s about being generous, kind, considerate. To be a thinker and a builder. To take the best of what you have, to make the most of what could be, to be grateful and hopeful. To learn, to teach, to discover, to explore. That sounds like what I want to be doing for the decades to come!

—-

Dans la mythologie grecque, Clio (en grec ancien Κλειώ / Kleiố, de κλέω / kleô, « célébrer, chanter »), fille de Zeus et de Mnémosyne (déesse de la mémoire), est la Muse de l’Histoire. Elle chante le passé des hommes et des cités en glorifiant leurs hauts faits. Elle est la seconde des neuf Muses. https://fr.wikipedia.org/wiki/Clio

Ce texte a été beaucoup plus facile à écrire que le précédent. Je savais ce que je voulais dire. Mes idées se sont placées dans les trois derniers mois. Je savais que de l’écrire avec vue sur le lac, entouré d’arbres et des chants  d’oiseaux, serait idéal. Alors c’est ce que j’ai fait. Les moments parfaits, ne reviennent jamais. Paraît-il qu’ils repartent au petit jour. Alors je me suis levé tôt, pour ne pas manquer ça.

Ça fait deux mois que j’ai publié Ikigai, et ça faisait des mois que j’y pensais avant. J’ai eu tellement de conversations intéressantes. Je continue d’en avoir. J’ai dit plusieurs fois à ma douce, après un appel fascinant: j’ai le cerveau qui m’explose un peu là.

Je lis beaucoup aussi. Je savais que j’avais une compréhension incomplète de la crise climatique. Et j’ai donc exploré et découvert, à travers conversations et lectures, réflexions et questions.  

J’avais sur ma table de nuit depuis des mois le numéro spécial du MIT Technology Review: Welcome to Climate Change et celui de Wired: How We Will All Solve the Climate Crisis. J’ai finalement tout lu en quelques jours au bord d’un lac. C’est à la fois encourageant et déprimant. Cette dualité d’espoir et de désespoir semble être le fragile équilibre mental de quiconque se consacre à cette lutte. 

On n’est plus dans le kitch “changer le monde” on est rendu dans l’héroïque et épique “sauver le monde”. 

Ce qui n’arrivera pas. Car le monde est ce qu’il est. Je suis résolu à m’appliquer tout autant à la mitigation (réduire les impacts négatifs le plus possible) qu’à l’adaptation (aux conséquences d’avoir déjà trop déréglé notre écosystème planétaire). Et la technologie et l’innovation va nous aider. Mais ce sont surtout des enjeux humains. 

Une phrase m’est arrivée, comme ça à force de parler à plein de gens, pour résumer mon état d’esprit des derniers mois. “Je sais par où je veux aller. Mais pas encore dans quel véhicule je vais m’y diriger”. 

En fait, mon processus de réflexion interne a été simple et en continuité de qui je suis. À partir d’intuitions, d’idées pas complètement achevées, émettre quelques hypothèses, chercher à trouver de la matière concrète pour affiner et valider. 

J’avais quelques pistes à explorer. Me joindre à une firme du Québécoise, qui a déjà fait des changements climatiques sa priorité et sa mission? Me joindre à une firme d’ici qui a dans ses plans stratégiques de développer un volet d’impact climatique? Commencer quelque chose à partir de zéro? Ce qui m’attire comme entrepreneur mais me semble un chemin plus long que nécessaire. Ou me joindre à une firme internationale d’impact social et environnemental et développer le bureau Montréalais, connecté sur le réseau global?

J’avais aussi plusieurs principes important pour m’aider à filtrer tout ça. Être basé à Montréal, avec une ambition mondiale (le défi étant planétaire). Un fonds d’investissement, parce que j’ai acquis des compétences pointues et très utiles, même si j’en ai encore tant à apprendre. Avec au coeur de la mission le soutien et l’accompagnement d’entrepreneur-es qui veulent “sauver le monde”. Nécessairement en mode collaboration et écosystème. Et idéalement l’opportunité de mesurer concrètement l’impact social et environnemental, même si ce n’est pas facile (et participer activement au développement des frameworks, méthodes et outils). Tout ça en étant compatible à mon rôle à temps partiel d’associé affilié chez Real Ventures, qui se poursuit…

Et vous vous doutez bien que si je publie ce texte aujourd’hui, c’est que j’ai trouvé l’équipe avec laquelle je vais m’allier.

Avancer dans la bonne direction, avec une vélocité certaine, et accord les principes évoqués ci-haut. Ça sera donc à Montréal, un think tank d’impact environnemental et social, avec une composante d’investissement. C’était déjà tellement en mode collaboratif que ça fait plus d’un an qu’on avance ensemble et je ne m’étais même pas rendu compte que ça serait par là que j’irais, j’étais juste en train de contribuer à un autre projet…

Nous nous sommes rencontrés dans le cadre du laboratoire de l’économie du futur, un partenariat avec La Maison de l’Innovation Sociale, la fondation McConnell, SecondMuse and Real Ventures. Nous avons organisé des brainstorm, débuté la recherche et lancé des ateliers pour comprendre les défis des investisseurs et entrepreneurs des secteurs reliés à la crise climatique, notamment l’agro-alimentaire et le transport. Et au fur à mesure que nous avancions dans la recherche, les intuitions sont devenues des anecdotes, et puis l’émergence de données et d’indicateurs. C’est encore embryonnaire, mais ça donne une bonne idée de la direction à suivre.

C’est ainsi que j’ai appris à connaître Todd, Natalia, Chad, Carrie et une partie de l’équipe de SecondMuse. Le plaisir à travailler avec ces personnes, passionnées, brillantes, dévouées et décidées. Avec une vision internationale du développement des économies locales.

Je me joins donc à l’équipe de SecondMuse Capital comme Directeur Principal du développement des écosystèmes et de l’investissement en impact climatique. Avec pour mission de mettre en place un premier fonds au Québec.

SecondMuse est une société d’impact et d’innovation qui développe des économies résilientes en soutenant les entrepreneurs et les écosystèmes au sein desquels ils évoluent. Pour ce faire, ils conçoivent, développent et mettent en œuvre une combinaison de programmes d’innovation et d’investissement de capitaux. De Singapour à San Francisco, les programmes SecondMuse définissent des visions inspirantes, créent des entreprises durables et unissent les gens à travers le monde. Au cours de la dernière décennie, ils ont conçu et mis en œuvre des programmes sur 7 continents avec plus de 600 organisations telles que la NASA, la Banque mondiale et Nike. Pour en savoir plus sur la façon dont SecondMuse façonne positivement le monde, visitez: www.secondmuse.com.

La “deuxième muse” c’est celle de qui raconte l’histoire. C’est celle qui élève les autres. J’aime beaucoup cette histoire des origines du nom. Proclamer le passé, se remémorer, et imaginer le futur. L’histoire qu’on va se raconter dans le futur, elle s’écrit maintenant, au présent.

Alors, je commence dès maintenant à temps partiel, à définir et mettre en place ces façon de faire pour qu’ensemble, on tente de sauver le monde, la planète et les humains qui l’habitent. Même les super héros doivent se mettre ensemble contre les plus grandes menaces. Les humains optimistes et pragmatiques aussi. Nous serons maintenant deux au bureau Montréalais, et 80 dans le monde, au travers 10 pays.  Et je vais continuer de contribuer à l’écosystème startup de Montréal de par mon rôle d’associé affilié (à temps partiel aussi) chez Real.  

Je vais faire ma tournée en août et septembre pour trouver des commanditaires qui partagent notre vision. Je serai responsable du financement des activités de recherche, de développement d’écosystème, du soutien aux entrepreneur-es. À Montréal et ailleurs dans le monde.

Nous démarrons le processus pour le lancement d’un fonds d’investissement privé de $50M en technologie pour l’impact social et la lutte aux changements climatiques au Québec. On s’en parle quand vous voulez!

Je vais aussi être à la recherches de quelques professionnelles de l’investissement, collaboratrices scientifique, conseillères et expertes en changement climatiques. Au féminin pour alléger le texte. 😉

Ma nouvelle adresse courriel est sylvain.carle@secondmuse.com et je garde le même numéro de téléphone pour ceux qui ont déjà mes coordonnées. Mon adresse sylvain@realventures.com est aussi toujours active, pour tout ce qui est techno et startup, mais pas relié à l’innovation climatique ou à l’impact social.

Vous pouvez lire le communiqué de presse de SecondMuse. Et si vous êtes curieux passez me “voir” mercredi après-midi à 15h à ma table ronde “exploring climate tech” à StartupFest pour que je vous partage ce que je découvre, et ensuite pour un café virtuel pour en jaser, au bénéfice de TechAide pour Centraide. Je vais aussi organiser en août et cet automne d’autres sessions en-ligne, notamment pour rencontrer les personnes qui ont des idées, des projets, des technologies, des innovations, pour nous aider à combattre la crise climatique et de la biodiversité. À tenter d’avoir impact significatif, avec la créativité et l’ingéniosité des gens d’ici, made in Québec, pour toute la planète.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *