Réflexion du moment

Pense ses idées/projets en “slices” maintenant…

Mot -> Concept -> Tweet -> Status Update -> Blogpost -> Article -> Chapître -> Blogue -> Livre -> Plateforme + Communauté

(Blogue/Livre pourraient être remplacés par Podcast ->Émission)

Je pense que c’est un beau modèle média ça…

Ile-Sans-Fil: Expérience de co-création technico-citoyenne

Ma présentation à propos du modèle communautaire de collaboration d’Ile-Sans-Fil au forum de créativité citoyenne de Mosaic/HEC est maintenant téléversée sur slideshare (et ici). Peu de mots, surtout des images et des concepts. Je vous ajoute le lien vers le vidéo de la présentation dès qu’on me le fait parvenir.

People Suck at Naming Places (slides with notes)

Here are my slides (with notes) from Ignite Where in San Jose last night.

I must say it was an awesome experience. I give many presentations, but this one, in this format, in front of this crowd, was quite something.

And I got to be quoted by Tim Oreilly on Twitter:

“Places are social containers” Good line from @afrognthevalley at #where20 #ignite last night.

Thanks!

Location Isn’t A War Between Two Sides, It’s A Gold Rush For Everyone

Great snippet from Joe Stump of SimpleGeo:

You need to move past the mindset that location is the feature. Build products under the assumption that you have a user’s location and that you can use the social plumbing we’ve been building for the last nine years. What kind of interesting experiences can you build on top of the potent mixture of friends, location, and the real world?

I am really looking forward WhereCamp SF 2010 to discuss emerging Geo standards with Joe. We need standard representations of places and activities, I’m planning on a session on Places in Activity Streams somewhere Saturday…
[Via Location Isn’t A War Between Two Sides, It’s A Gold Rush For Everyone]

Définir “Collaboratif” et “Public” pour une gouvernance du 21ème siècle

Voici le détail (presque final) pour la journée de jeudi prochain, organisée dans le cadre des journées webmaestro (il me reste une ou deux ficelles à attacher).

Il y a quelques mois, j’ai eu l’idée d’organiser une conférence/discussion afin de cristalliser une tendance de fond: l’effet des outils de collaboration “2.0” autant sur le processus de développement web que sur sa gestion.

Je crois même que cet effet, à terme, modifie la nature des projets qui les utilisent. J’ai eu quelques difficultés à trouver les mots pour bien exprimer quelles sont les concepts clefs à la base de cette tendance lourde. “Collaboratif” (travailler ensemble) et “Public” (tous ont un accès, même ceux qui ne participent pas au projet) sont les deux plus simples.

J’ai particulièrement tenté d’éviter “Libre” et “Ouvert”. Parce que ces concepts orientent le débat dans une direction où les ornières sont un peu trop présentes, où les “vieux réflexes” peuvent obscurcir d’autres conclusions possible.

J’ai tenté de trouver des exemples de ces tendances, afin d’illustrer et de rendre manifeste les rouages de cette méthode de travail ainsi que d’en exposer les bénéfices.

René Barsalo de la SAT va nous présenter sa réflexion sur la construction d’une communauté autour du code des outils développés à la Société des Arts Technologies de Montréal.

Miguel Tremblay va nous partager sa perspective sur la question: “Serait-il envisageable pour le gouvernement du Québec de faire en sorte que toutes les données qu’il possède soient dans un format ouvert” à partir de sa réflexion au sein de la fonction publique canadienne.

Les participants à l’Alliance Sans-Fil Communautaire du Québec vont partager avec nous en table ronde les défis et avantages de “mettre en commun” les processus et le code source dans le cadre des “Zones d’Accès Publiques”.

Finalement, quelques invités surprise viendront ajouter leur grain de sel à cette journée de réflexion. J’espère terminer la journée par une plénière avec vous, les participants, sur les étapes concrètes et les approches possibles afin d’appliquer les bonnes idées de la journée à votre propre processus de développement de projets web.

Vous pouvez lire le premier jet de cette idée, publiée ici il y a quelques temps.

L’inscription est gratuite et ouverte à tous à l’adresse – http://j.mp/collpubqc-inscr

J’espère vous y rencontrer pour échanger avec vous!
PS. J’ai bien l’intention de faire une version à Montréal de l’évènement, à l’automne probablement.

My Ignite Where Talk Proposal: People Suck at Naming Places

Just sent my Ignite Where proposal: “People Suck at Naming Places”. You can still submit yours too.

The world of precise coordinates is easy to interact with using software. The problem is humans don’t use precise coordinates to represent places. They don’t even agree on place names. They also do it in several different dialects. They use abbreviations, approximations and sometimes even metaphors.

To make things worse, human designing software to represent places don’t even try to make systems that can exchange that information using names instead of numbers. Do we need a PNS (place name system) inspired by DNS to resolve place numbers (latitude/longitude) to names? I will try to give an overview of the current existing services/APIs that you can use to find a precise coordinate with a place name. And then demonstrate why we are not there yet.

I might even propose how we could exchange these names between systems. All this in under 5 minutes. With images of ponies, pandas and unicorns, but no cats.

I will keep you posted if I’m selected!