Clio

In Greek mythology, Clio (traditionally /ˈklaɪoʊ/, but now more frequently /ˈkliːoʊ/; Greek: Κλειώ, Kleiṓ; “made famous” or “to make famous”) is the muse of history. https://en.wikipedia.org/wiki/Clio

Le texte en français suit la version anglaise.

This was a pretty easy post to write. I knew what I wanted to convey. My thoughts had the time to settle in the last three months. I knew that writing this with a view on the lake, surrounded by trees  and birds songs, would be perfect. Nothing is ever perfect. Still. It’s a new dawn. And I am feeling good. So good. 

I published my Ikigai post in early May after several months of soul searching that started in January 2020. I have had so many awesome conversations since (many ongoing, many just about to start). Mentioned to my wife a few times after some of these calls “my brain sort of exploded just right now”…

I also read a lot. I knew, humbly, that I had an incomplete understanding of the climate crisis. An informed opinion, but not the perspective of an expert. I went exploring and discovering. Mind boggling, but in a good way. Ideas to dig into, frameworks, questions. Enough certainty to confirm my intuitions. Enough depth to keep me busy for the rest of my life.

I had on my bed table for a while two magazines.  MIT Technology Review: Welcome to Climate Change and Wired: How We Will All Solve the Climate Crisis. Finally read both over two weeks sitting in front of a lake. Left me psyched and full of despair. This duality seems to be part of the fragile equilibrium for anyone dedicating themselves to this crisis.

I am pretty bored of the “change the world” mantra. How about the heroic and epic “save the world” instead? I do not think we can. The world has become what it is. I have two resolutions, work on mitigation (trying to reduce the negative impacts as much as possible) AND on adaptation (to the consequences of having effed up our planetary ecosystem). Technology and innovation can help us, of course. Mostly for human challenges I believe. 

One sentence came to me, as I spoke with several people, to summarize my mindset in the last few months. “I know in which direction I want to go. I just don’t know which vehicle will get me going”. 

In fact, my internal discourse was quite simple and not different from how I had navigated these situations in the past. Start from intuitions and insights. Ideas not fully formed. Have a few hypotheses. Searching for refinement and validation.  

I explored different paths. Join a local firm that has climate change as a current priority, as a core mission? Join a firm or company that has the climate crisis as a core component of its future (2020-21) strategy, to lead this transformation? Bootstrapping something new from scratch? Appealing as an entrepreneur but seemed like having the least impact short term. Or since the climate crisis is a global challenge, how about joining an international organization to develop a strong presence in Montreal, connect to the broader network?

I had some key principles in mind. It would be in Montreal, with global ambitions. Likely something like an investment fund. I have learned a lot about investing in early stage companies. It’s quite specific and not that broadly understood. I still have so much to learn, but I could contribute for sure. Supporting entrepreneurs and projects aiming to “save the world”. We need more of them to try. Lots more.

It had to be in a collaborative and ecosystem development mode. If you know me, you know that this is who I am. And ideally a chance to measure social and environmental impact.  Even if it’s still hard and imperfect. Participate in the development of frameworks and methods and tools. All this in parallel with my part-time role as a venture partner at Real, still ongoing.

And of course if I am posting this today, it is because I found the right fit.

Going in the right direction, with a certain velocity, and aligned to the principles stated up here. In Montréal, an environmental and social impact think tank, investing in the ecosystem and in entrepreneurs. It has been in the works and so collaborative I did not even realize what it was becoming in the last year. It started as a joint project and has now evolved into much more. 

We met building together the Future Economy Lab, a partnership between La Maison de l’Innovation Sociale, the McConnell Foundation, SecondMuse and Real Ventures.We brainstormed and organized workshops with the investment community in Montreal to understand the challenges of funders as well as entrepreneurs, in sectors closely related to climate change, notably agrifood and transportation. As we were progressing on our research, intuitions became anecdotes, and then the emergence of data and indicators. While still early, we are finding some clear directions to follow. 

That’s how I met Todd, Natalia, Chad, Carrie and a few others from the SecondMuse team. Discovering their passion, ideas, energy, dedication and authenticity. Everytime I met a new person, I had this feeling of joy. I could certainly see myself wanting to work even more. And I will.  

I am joining the SecondMuse Capital team as a Senior Director to scale their ecosystem development approach to climate impact investment, and design a new investment fund in Quebec.

SecondMuse is an impact and innovation company that builds resilient economies by supporting entrepreneurs and the ecosystems around them. They do this by designing, developing, and implementing a mix of innovation programming and investing capital. From Singapore to San Francisco, SecondMuse programs define inspiring visions, build lasting businesses, and unite people across the globe. Over the last decade, they’ve designed and implemented programs on 7 continents with 600+ organizations such as NASA, The World Bank, and Nike. To find out more about how SecondMuse is positively shaping the world, visit: www.secondmuse.com.

The second muse is about history, in her capacity as “the proclaimer, glorifier and celebrator of history, great deeds and accomplishments”. She raises others. Her name is Clio. I love this origin story and the implied mission. Remembering and telling stories of the past and imagining future history (which is by the way, the present time).

Hence I am starting now, part-time and fully dedicated. Defining and designing how we are going to work together to “save the world” and the humans living in it. Even superheroes need to band together to fight the greatest menaces. Optimist and pragmatic humans too. I will continue to invest and contribute in the Montreal Startup Ecosystem. Via our small 2 person office in Montréal with SecondMuse, 3 or 4 days a week, and as a Venture Partner at Real.

I will be meeting you all in August and September to raise sponsorship for the The Future Economy Lab, a collaborative, membership-based research and design lab with a focus on creating an inclusive and resilient climate economy in Quebec. Found many great partners and are looking for more who share our vision. To fund research, development, publication and collaboration around Climate innovation and data. And of course supporting climate entrepreneurs. We are looking at raising a $50M private investment fund, inspired by venture capital, with impact at the forefront. We think we could have a first close in late 2020, with the initial interest we already have. 

I will also be recruiting investment professionals, scientific collaborators, advisors, climate change and sustainable development experts. Ideally women and from under-represented minorities. Because starting something new is a great moment to rebalance.

My new email address will be sylvain.carle@secondmuse.com and I am keeping the same cell phone number as the one I had since late 2014. My  sylvain@realventures.com address is still active, for everything tech startup, but not environmental and impact focused. 

You can read the SecondMuse press release on their website. And if you are curious to learn more, come and meet me at my “Exploring climate tech” roundtable at StartupFest and then for a virtual coffee conversation after (with all benefits going to TechAide for Centraide). I will also be organizing more online sessions in August and this Fall, to meet and exchange ideas and projects with those who share our passion and dedication to Climate Change, tech and innovation. To make a significant impact, with all the creativity, ingenuity and progressive values we have here.

There is this saying about thinking globally and acting locally. I would like to suggest that the 21st century version, and certainly the 2020 vision, should be to think local for global action. It’s a nuanced version, but an important one. 

Start with what you have in your backyard, and offer it to the world. It’s about being generous, kind, considerate. To be a thinker and a builder. To take the best of what you have, to make the most of what could be, to be grateful and hopeful. To learn, to teach, to discover, to explore. That sounds like what I want to be doing for the decades to come!

—-

Dans la mythologie grecque, Clio (en grec ancien Κλειώ / Kleiố, de κλέω / kleô, « célébrer, chanter »), fille de Zeus et de Mnémosyne (déesse de la mémoire), est la Muse de l’Histoire. Elle chante le passé des hommes et des cités en glorifiant leurs hauts faits. Elle est la seconde des neuf Muses. https://fr.wikipedia.org/wiki/Clio

Ce texte a été beaucoup plus facile à écrire que le précédent. Je savais ce que je voulais dire. Mes idées se sont placées dans les trois derniers mois. Je savais que de l’écrire avec vue sur le lac, entouré d’arbres et des chants  d’oiseaux, serait idéal. Alors c’est ce que j’ai fait. Les moments parfaits, ne reviennent jamais. Paraît-il qu’ils repartent au petit jour. Alors je me suis levé tôt, pour ne pas manquer ça.

Ça fait deux mois que j’ai publié Ikigai, et ça faisait des mois que j’y pensais avant. J’ai eu tellement de conversations intéressantes. Je continue d’en avoir. J’ai dit plusieurs fois à ma douce, après un appel fascinant: j’ai le cerveau qui m’explose un peu là.

Je lis beaucoup aussi. Je savais que j’avais une compréhension incomplète de la crise climatique. Et j’ai donc exploré et découvert, à travers conversations et lectures, réflexions et questions.  

J’avais sur ma table de nuit depuis des mois le numéro spécial du MIT Technology Review: Welcome to Climate Change et celui de Wired: How We Will All Solve the Climate Crisis. J’ai finalement tout lu en quelques jours au bord d’un lac. C’est à la fois encourageant et déprimant. Cette dualité d’espoir et de désespoir semble être le fragile équilibre mental de quiconque se consacre à cette lutte. 

On n’est plus dans le kitch “changer le monde” on est rendu dans l’héroïque et épique “sauver le monde”. 

Ce qui n’arrivera pas. Car le monde est ce qu’il est. Je suis résolu à m’appliquer tout autant à la mitigation (réduire les impacts négatifs le plus possible) qu’à l’adaptation (aux conséquences d’avoir déjà trop déréglé notre écosystème planétaire). Et la technologie et l’innovation va nous aider. Mais ce sont surtout des enjeux humains. 

Une phrase m’est arrivée, comme ça à force de parler à plein de gens, pour résumer mon état d’esprit des derniers mois. “Je sais par où je veux aller. Mais pas encore dans quel véhicule je vais m’y diriger”. 

En fait, mon processus de réflexion interne a été simple et en continuité de qui je suis. À partir d’intuitions, d’idées pas complètement achevées, émettre quelques hypothèses, chercher à trouver de la matière concrète pour affiner et valider. 

J’avais quelques pistes à explorer. Me joindre à une firme du Québécoise, qui a déjà fait des changements climatiques sa priorité et sa mission? Me joindre à une firme d’ici qui a dans ses plans stratégiques de développer un volet d’impact climatique? Commencer quelque chose à partir de zéro? Ce qui m’attire comme entrepreneur mais me semble un chemin plus long que nécessaire. Ou me joindre à une firme internationale d’impact social et environnemental et développer le bureau Montréalais, connecté sur le réseau global?

J’avais aussi plusieurs principes important pour m’aider à filtrer tout ça. Être basé à Montréal, avec une ambition mondiale (le défi étant planétaire). Un fonds d’investissement, parce que j’ai acquis des compétences pointues et très utiles, même si j’en ai encore tant à apprendre. Avec au coeur de la mission le soutien et l’accompagnement d’entrepreneur-es qui veulent “sauver le monde”. Nécessairement en mode collaboration et écosystème. Et idéalement l’opportunité de mesurer concrètement l’impact social et environnemental, même si ce n’est pas facile (et participer activement au développement des frameworks, méthodes et outils). Tout ça en étant compatible à mon rôle à temps partiel d’associé affilié chez Real Ventures, qui se poursuit…

Et vous vous doutez bien que si je publie ce texte aujourd’hui, c’est que j’ai trouvé l’équipe avec laquelle je vais m’allier.

Avancer dans la bonne direction, avec une vélocité certaine, et accord les principes évoqués ci-haut. Ça sera donc à Montréal, un think tank d’impact environnemental et social, avec une composante d’investissement. C’était déjà tellement en mode collaboratif que ça fait plus d’un an qu’on avance ensemble et je ne m’étais même pas rendu compte que ça serait par là que j’irais, j’étais juste en train de contribuer à un autre projet…

Nous nous sommes rencontrés dans le cadre du laboratoire de l’économie du futur, un partenariat avec La Maison de l’Innovation Sociale, la fondation McConnell, SecondMuse and Real Ventures. Nous avons organisé des brainstorm, débuté la recherche et lancé des ateliers pour comprendre les défis des investisseurs et entrepreneurs des secteurs reliés à la crise climatique, notamment l’agro-alimentaire et le transport. Et au fur à mesure que nous avancions dans la recherche, les intuitions sont devenues des anecdotes, et puis l’émergence de données et d’indicateurs. C’est encore embryonnaire, mais ça donne une bonne idée de la direction à suivre.

C’est ainsi que j’ai appris à connaître Todd, Natalia, Chad, Carrie et une partie de l’équipe de SecondMuse. Le plaisir à travailler avec ces personnes, passionnées, brillantes, dévouées et décidées. Avec une vision internationale du développement des économies locales.

Je me joins donc à l’équipe de SecondMuse Capital comme Directeur Principal du développement des écosystèmes et de l’investissement en impact climatique. Avec pour mission de mettre en place un premier fonds au Québec.

SecondMuse est une société d’impact et d’innovation qui développe des économies résilientes en soutenant les entrepreneurs et les écosystèmes au sein desquels ils évoluent. Pour ce faire, ils conçoivent, développent et mettent en œuvre une combinaison de programmes d’innovation et d’investissement de capitaux. De Singapour à San Francisco, les programmes SecondMuse définissent des visions inspirantes, créent des entreprises durables et unissent les gens à travers le monde. Au cours de la dernière décennie, ils ont conçu et mis en œuvre des programmes sur 7 continents avec plus de 600 organisations telles que la NASA, la Banque mondiale et Nike. Pour en savoir plus sur la façon dont SecondMuse façonne positivement le monde, visitez: www.secondmuse.com.

La “deuxième muse” c’est celle de qui raconte l’histoire. C’est celle qui élève les autres. J’aime beaucoup cette histoire des origines du nom. Proclamer le passé, se remémorer, et imaginer le futur. L’histoire qu’on va se raconter dans le futur, elle s’écrit maintenant, au présent.

Alors, je commence dès maintenant à temps partiel, à définir et mettre en place ces façon de faire pour qu’ensemble, on tente de sauver le monde, la planète et les humains qui l’habitent. Même les super héros doivent se mettre ensemble contre les plus grandes menaces. Les humains optimistes et pragmatiques aussi. Nous serons maintenant deux au bureau Montréalais, et 80 dans le monde, au travers 10 pays.  Et je vais continuer de contribuer à l’écosystème startup de Montréal de par mon rôle d’associé affilié (à temps partiel aussi) chez Real.  

Je vais faire ma tournée en août et septembre pour trouver des commanditaires qui partagent notre vision. Je serai responsable du financement des activités de recherche, de développement d’écosystème, du soutien aux entrepreneur-es. À Montréal et ailleurs dans le monde.

Nous démarrons le processus pour le lancement d’un fonds d’investissement privé de $50M en technologie pour l’impact social et la lutte aux changements climatiques au Québec. On s’en parle quand vous voulez!

Je vais aussi être à la recherches de quelques professionnelles de l’investissement, collaboratrices scientifique, conseillères et expertes en changement climatiques. Au féminin pour alléger le texte. 😉

Ma nouvelle adresse courriel est sylvain.carle@secondmuse.com et je garde le même numéro de téléphone pour ceux qui ont déjà mes coordonnées. Mon adresse sylvain@realventures.com est aussi toujours active, pour tout ce qui est techno et startup, mais pas relié à l’innovation climatique ou à l’impact social.

Vous pouvez lire le communiqué de presse de SecondMuse. Et si vous êtes curieux passez me “voir” mercredi après-midi à 15h à ma table ronde “exploring climate tech” à StartupFest pour que je vous partage ce que je découvre, et ensuite pour un café virtuel pour en jaser, au bénéfice de TechAide pour Centraide. Je vais aussi organiser en août et cet automne d’autres sessions en-ligne, notamment pour rencontrer les personnes qui ont des idées, des projets, des technologies, des innovations, pour nous aider à combattre la crise climatique et de la biodiversité. À tenter d’avoir impact significatif, avec la créativité et l’ingéniosité des gens d’ici, made in Québec, pour toute la planète.

Ikigai

English version follows the French post.

Ikigai (生き甲斐) est l’équivalent japonais de la « joie de vivre » et de la « raison d’être ».

Je ne savais pas comment écrire ce billet. Mais comme les idées se placent en écrivant, j’ai pris le temps d’écrire. Et puis j’ai partagé mon texte avec quelques personnes de confiance. J’ai toujours su que la collaboration améliore ce qu’elle touche. Je n’ai pas été déçu. Voici une bien meilleure version.

J’en ai pourtant déjà écrit des textes comme celui-ci ! Temps de transition. Fin d’un chapitre professionnel. Début d’un autre. Ça fait un bon bout de temps que tout ça se trame dans ma tête. 

J’en discute avec mes associé-es depuis plusieurs mois. Le moment est venu de prendre ce que j’ai appris chez Real Ventures et de construire sur ces fondations quelque chose de différent mais similaire, quelque chose qui m’interpelle encore plus. Ce n’est pas facile, notamment parce que j’ai travaillé pendant 6 ans avec cette équipe si proche, ces gens si chers à mon cœur.

Ce n’est pas comme si je partais en claquant la porte. Of course not. C’est plutôt comme si je quittais la maison familiale pour retrouver mon appartement. La maison Notman, c’est « ma » maison depuis tellement longtemps. Elle le restera et j’ai bien hâte d’y retourner, en temps et lieu.

Je me lance donc dans une nouvelle épopée en continuité avec ce que je fais chez Real, mais avec quelque chose de plus, quelque chose de différent. S’élancer ainsi, avec conviction, vision, inspiration et espoir crée un sentiment incroyable. Je tiens d’abord à remercier John, Janet et Isaac avec qui j’ai eu des conversations qui m’ont permis de considérer ce nouveau chapitre et m’ont aidé à prendre mon envol. Ces collègues, je les apprécie et je les respecte énormément. J’ai appris avec eux le métier d’investisseur et tant d’autres choses. Un métier complexe, tout en nuances, avec des facettes que j’adore et d’autres plus difficiles.

Ce fut une expérience enrichissante à tellement de niveaux. Investir dans les startups à l’étape du pré-amorçage et de l’amorçage (pre-seed et seed) est un art tout autant qu’une science. Le rôle que j’ai pu jouer en tant que directeur général de FounderFuel de 2014 à 2016 (4 cohortes et plus de 20 compagnies) a été aussi un accélérateur pour moi. Il m’a permis de comprendre le processus d’investissement.

Comme associé d’investissement pour les fonds d’amorçage de Real, j’ai pu le faire à grande échelle, d’une perspective de portefeuille de startups, de fonds d’investissement, via notre accélérateur et aussi par des investissements directs. J’ai pu aussi réfléchir, concevoir, pitcher, financer et gérer notre stratégie de fonds de pré-amorçage Orbite Montréal avec mon associé Isaac (et tout le support de l’équipe). 20 compagnies de plus, des co-fondateurs et co-fondatrices qui m’ont inspiré et qui m’inspirent encore. À tous ces gens, je dis encore: merci!

J’ai aussi adoré apprendre et comprendre « l’autre côté de la business », tout le processus de mise en place des fonds et le suivi avec nos investisseurs. Aujourd’hui, j’ai une perspective nuancée de la chaîne d’investissement en capital de risque au Québec et au Canada. Les fonds de pensions, les investisseurs institutionnels, les indépendants, tous ces commanditaires (LPs dans le jargon anglo des VCs) contribuent de manière indéniable à la qualité objective (et subjective) de nos stratégies d’investissement et des retours qui devraient suivre (les fonds ont des horizons de 10 ans, alors ça prend un bout de temps avant d’en être certain). 

Une des raisons principales de mon arrivée en 2014 auprès de John, JS et Alan chez Real, c’est certainement la mission en place depuis le premier jour de fondation en 2007 : « Servir les entrepreneurs passionnés et contribuer au développement des écosystèmes qui les supportent. » C’est sur cette base d’engagement dans la communauté que je suis revenu à Montréal après quelques années à San Francisco. Le rapport du Startup Genome (ainsi que leur équipe) nous a vraiment aidés à cerner les enjeux et les défis à prioriser pour l’écosystème de Montréal. Se comparer aux meilleurs est essentiel pour progresser. Parce qu’on ne gère (et améliore) vraiment que ce que l’on mesure précisément, nous avons aussi produit notre propre rapport. 

J’ai de plus eu le privilège de contribuer à la communauté de startups de Montréal et du Québec en poursuivant et en m’engageant dans plusieurs conseils d’administration et comités d’organisations à but non lucratif. Auprès de StartupFest, OSMO (Bonjour Startup Montréal), le MTLAB, MAIN et Réseau Capital, la CCMM, Propulsion Québec, Technopolys, IVADO, Culture Montréal. Ça m’aura permis de développer une compréhension fine et une perspective des défis importants que nous avons encore à conquérir. J’ai aussi apprécié de pouvoir aider au lancement d’Innocité, l’accélérateur de ville intelligente, et de conclure le partenariat entre Real et Techstars pour leurs accélérateurs de Toronto et Montréal. 

Semaine après semaine, mois après mois, année après année, j’ai organisé plusieurs meetups et participé à plus d’évènements que je ne peux me souvenir pour aider les entrepreneurs à se lancer en affaire, définir leurs objectifs, raconter leur histoire et pitcher leur compagnie, exécuter avec détermination et opérer avec agilité. Malgré cette pléthore d’activités et mon cheminement personnel, dans la foulée du début de la deuxième décennie de Real Ventures, il me manquait quelque chose…

Vous avez peut-être déjà eu cette impression, en vélo, quand la chaîne saute, qu’il manque une dent, qu’une vitesse glisse? L’idée vous vient que si on n’arrange pas le problème, la chaîne va peut-être se bloquer complètement, vous allez passer par-dessus le guidon et finir par frapper le sol. J’avais ce sentiment que les choses vont bien, mais je ne comprenais pas exactement pourquoi ça n’allait pas très bien, pas super bien. Après plusieurs mois d’introspection, de conversations avec les gens autour de moi, j’ai commencé à voir apparaître une piste, une manière de me raconter à moi et aux autres ce qui était en train de se passer.

Quelque chose de nouveau. Différent, mais pas tant. Quelque chose à propos des startups, encore, de la technologie, de l’innovation, des écosystèmes et, toujours, à Montréal. Quelque chose surtout plus près de mes considérations profondes et personnelles pour les changements climatiques et l’impact social. C’est ce que je vais désormais prendre le temps d’explorer afin de découvrir exactement ce que ça veut dire et sous quelle forme mon engagement va se manifester.

La fin d’un chapitre annonce l’arrivée d’un nouveau (et ce n’est pas le dernier). La métaphore que j’ai utilisée pour expliquer à ma fille de 6 ans, c’est celle du tableau que j’avais rempli de gribouillis au cours de la dernière demi-décennie. Il est maintenant presque vide. Il reste quelques références importantes, mais il y a beaucoup de place. Je vais pouvoir recommencer à le remplir. C’est énergisant et grisant.

Je ne suis pas un capitaliste pur et dur. Au contraire. Je me décris comme socialiste, humaniste et, de plus en plus, écologiste. L’argent n’est pas une fin, c’est un moyen. C’est là que je suis dans ma réflexion. Ce qui est important pour moi, ce n’est pas le progrès technologique en soi, mais comment mieux utiliser le levier du financement pour faire avancer des projets. 

Comprendre ce qu’il est possible de faire avec les technologies numériques est une de mes principales expertises depuis 25 ans. Mais je ne suis pas techno-solutionniste. Je suis plutôt pragmatique-réaliste. Je me permets de rêver et d’explorer les utopies. Quand on sait le pouvoir de transformation que permet le mode entrepreneurial et celui des technologies, la vraie question c’est qu’est-ce qu’on va faire? Avec de grands pouvoirs viennent de grandes responsabilités. 

Dans quelques années, j’aurai 50 ans. Ce que je veux faire de mon prochain chapitre, pour les 10 prochaines années (ou plus), pour faire du sens pour moi, doit être relié à la crise climatique. C’est l’urgence du siècle. C’est aussi probablement une des causes principales de la crise du coronavirus. Je ne sais pas encore comment, mais c’est sur ça que je veux dédier mon énergie et mon intelligence. Dans mon réseau Twitter, on identifie par #ClimateTech ou #GreenTech. La nouvelle génération de « technologies propres », version 2020, avec une forte saveur de données et d’algorithmes.  

Je vais donc changer mon focus, de « startups techno » (qui ont un certain impact) à « startups d’impact » (utilisant l’innovation technologique à bon escient). Quitter un rôle comme celui que j’ai dans un fonds comme Real n’est pas facile. Mais ça se fait en toute quiétude pour mes associés et pour moi. Ce n’est pas parce qu’ils sont moins inquiets pour la planète, ils le sont, mais sans doute pas autant que moi. Ça fait des mois que je suis dans cette posture inconfortable (mais exaltante). Les faits, les idées, la science, l’intuition, les discussions et le zeitgeist me poussent tous dans cette direction. Le temps est venu pour moi d’aller dans cette direction.

À partir du premier juin, je ne serai donc plus un associé principal (General Partner) de Real Ventures. Je vais continuer d’y contribuer, mais à temps partiel, comme associé affilié (Venture Partner) pour au moins les 6 prochains mois. Ce sera une transition professionnelle graduelle. Je ne disparais pas. Je vais continuer d’investir dans les fonds de Real Ventures et d’agir à titre de mentor et aviseur pour plusieurs startups. 

Maintenant, je vais explorer le monde de l’investissement d’impact environnemental et social. Est-ce que je vais démarrer un nouveau fonds ? Me joindre à quelque chose d’existant? Qui sait? 

La seule chose certaine, c’est que mes aventures professionnelles les plus riches sont nées de conversations avec des gens passionnés, suite à un message lancé sur internet. 

Alors voilà!

Merci à Yannick Gélinas et Pascal Henrard pour relecture, suggestions et corrections du texte en français.

Ikigai (生き甲斐) is a Japanese concept that means “a reason for being”. The word refers to having a direction or purpose in life, that which makes one’s life worthwhile, and towards which an individual takes spontaneous and willing actions giving them satisfaction and a sense of meaning to life.

I have written a few transition messages in the past: the end of a work chapter, the start of a new one. This one has been in my head for a while and I didn’t know how best to write it. I do know that writing helps me find clarity and after getting started on this one — and sharing it with a few people I trust — I was reminded that collaboration pretty much improves everything. Whenever I see the results, I can’t help but grin. 

I have been discussing this transition with my partners for months. It’s time for me to take what I have learned at Real, build on it, and do something that has been calling to me. Now, this is not easy. After spending so much time working together, everyone on the team is near and dear to my heart. However, it’s not as though I’m leaving and shutting the door on my way out. Au contraire. It’s more akin to moving from the family house to your own place. I have called Notman House “my” house for so long, this is not going to change anytime soon.

I am starting a new journey. Connected to Real, in a different way going forward. Thanks to John, Janet and Isaac for your thoughtfulness in our conversations and in giving me the encouragement and freedom to pursue this next chapter in my life. I have so much respect and gratitude for the people with whom I have learned the craft of investing in startups and operating funds over the last 6 years. It’s a complex job with a lot of nuance,it has been a tremendously rewarding experience, and I have learned so much. Investing in pre-seed and seed stage startups is both a craft and science. 

Being FounderFuel’s general manager from 2014 to 2016 (4 cohorts and 20+ companies) was a great way to accelerate my own understanding of the whole investment process, of portfolio management. And discovering the devil in the details, where the rubber meets the road, while working as an investment partner in Real’s seed funds and raising and managing our Orbit Pre-Seed fund from 2017 and ongoing, with my partner Isaac. That’s almost another 20 companies — men and women founders who have inspired me, and keep inspiring me. Thank you!

The other side of the business, working with the investors in our funds, has also been an incredible opportunity to discover and understand the whole investment chain. From large pension funds, institutional investors, family offices, independent investors, these Limited Partners (LP in VC speak) are key to a “ship shape” and cohesive investment strategy and returns.

One of the main reasons I joined John, JS and Alan in 2014 was their belief and mission, since 2007, to “serve mission-driven entrepreneurs and nurture the ecosystems in which they thrive”. That meant investing time and energy in the Montreal Startup Ecosystem to “level it up”. The global Startup Genome report (and team) really helped us define priorities and benchmarking, and we produced our own community report in 2016, because you can really only manage (and improve) what you measure. 

I had the privilege of contributing to our ecosystem by continuing to serve or by joining several boards or committees of non-profit organizations: Startupfest, OSMO (aka Bonjour Startup Montréal), MTLAB, MAIN, Réseau Capital, CCMM, Propulsion Québec, Technopolys, IVADO, Culture Montréal. These informed my perspective and helped me better understand and define key challenges we still had to conquer. I also helped launch Innocité, a smart city accelerator, and worked to bring Techstars to Canada, in Toronto and Montreal. 

I organized meetups and participated in so many events to help entrepreneurs learn about how to launch a company and set ambitious goals, to pitch their ideas as a compelling narrative, to execute and operate their strategies week after week, month after month, year after year. But even with this flurry of activity, and my own evolution in life, as Real Ventures, the firm, entered in its second decade, something wasn’t quite fitting any more.

You know how sometimes when you ride your bike, you feel the chain skipping a gear from time to time? You think that maybe if you ride full speed, the chain will block and you will fall over? Like that. That nagging feeling that things are OK, but you don’t exactly know why they are not great. With some introspection, and conversations with people around me, a narrative started to emerge.

Still about startups, tech, innovation, ecosystems, and in Montréal. And much closer to some of my deep personal concerns about climate change and social impact. I am not a hardcore capitalist. Quite the contrary. I describe myself as a socialist, humanist and more and more as an ecologist. Money is a means, not an end.

I will be 50 in a few years. What I want to do in my next chapter, for the next decade at least, has to be related to our current climate crisis. It’s the emergency of our century. I don’t exactly know how I will contribute to this climate challenge but I know for sure: I will dedicate my energy and my brain power towards finding and financing innovations for mitigation, adaptation and resilience. On Twitter it’s hashtagged #ClimateTech or #GreenTech. The new generation of “clean tech” with strong data and algorithms underpinnings.

I will shift my main focus from “tech startups” (with some impact) to “impact startups” (making the most technology innovations). Leaving a role like the one I have at a fund like Real is quite a bold decision, but I feel at peace about this change. While the team at Real is certainly concerned with climate change and human-caused impacts on the planet, it is not the main focus of the firm. But it needs to be for me. I have been at this uncomfortable (and exciting) juncture for several months now —a potent mix of facts, ideas, intuition, discussions and zeitgeist makes me sure that the time is now.

May 29th will be my final day as a General Partner at Real Ventures. I will continue to contribute to the firm and the funds, part time, as a Venture Partner at least for the next 6 months. This will be a gradual professional transition — I am not disappearing. I will continue to work with Real Ventures and to mentor and advise many founders and companies. 

I will be exploring the wonderful opportunities of environmental and social investing, for maximum impact. Will I start a new fund or join an existing project? Who knows?!

The only thing I am sure about, is that some of my most wonderful adventures have been born of conversations with passionate people, following a message I had written on the Internet. 

Here we go again!

Thanks to Janet, Isaac, Lauren and Laura for editorial suggestions and corrections in the English version.

10 années de Real Ventures

Demain nous allons célébrer le 10ième anniversaire de Real Ventures. Même si ça ne fait que trois années et demi que j’y suis comme associé, ça fait plus que dix ans que ça se prépare. Je vous partage ici un texte que j’avais publié dans le cadre du rapport de l’écosystème de startups de Montréal de 2016. Il est encore plus pertinent aujourd’hui qu’alors, je crois…

Je me souviens clairement de cette rencontre en 2006 avec ce gars qui venait d’emménager à Montréal. Il cherchait à intégrer la communauté startup, je lui ai suggéré d’aller prendre une bière pour en discuter. Je souriais en lui expliquant qu’on était une petite communauté, une courte liste de gens à rencontrer, mais avec un grand potentiel.

Il y avait beaucoup à faire. Nous étions en mode « bootstrap » pour bâtir cette communauté et organiser les meetups, les déjeuners, les inconférences et les soirées de pitch. L’énergie, la passion, l’authenticité étaient au rendez-vous. Il manquait la masse critique. Je blaguais en disant qu’il fallait une plus grande densité, et qu’une bonne manière de l’atteindre serait de comprimer toutes les startups dans un petit espace, et voilà! Il a ébauché sur serviette de table une série de cercles concentriques, en parlant d’osmose, de briser les silos et des effets de réseau.

Quelques mois plus tard, dans un hôtel au coin de Saint-Laurent et Sherbrooke, un rendez-vous informel de la communauté, en plein coeur de la ville. Une fin d’après-midi sur une terrasse, un de ces moments magique de Montréal. J’ai réalisé après un bout de temps que notre groupe était en fait assez gros, beaucoup plus que je ne l’aurais pensé, et également très diversifié.

Nous sommes allés visiter une maison de l’autre côté de la rue, un vieux bâtiment patrimonial qui était tellement délabré qu’on y tournait des films d’horreur. L’idée folle, la réalisation des croquis sur la serviette de table, était de créer un OSBL afin de catalyser la communauté startup montréalaise. La première étape serait d’acheter cette vieille maison et d’en faire « la maison du web », une maison pour l’ensemble des startups technologiques, passées, présentes et futures.

Nous envisagions un futur grandiose. On ne comprenait pas complètement à ce moment-là que ce serait un énorme projet qui coûterait plus cher que prévu et prendrait pas mal de temps avant d’être vraiment terminé… La fondation OSMO a été créée en 2007, et la Maison Notman officiellement inaugurée en juin 2014. Brad Feld a écrit de façon notoire qu’une communauté startup prend normalement vingt ans à se construire. En 2014, quand je suis revenu habiter à Montréal, j’avais le sentiment que nous avions parcouru à peu près la moitié du chemin.

Je n’arrivais pas à croire que mon bureau allait désormais être dans une salle de la Maison Notman où avaient eu lieu tant de meetups, d’événements, de cocktails et de conversations incroyables. John Stokes, la personne que j’avais rencontrée quelques années auparavant, était maintenant co-fondateur et associé chez Real Ventures, un fonds de capital de risque actif au niveau du « seed stage ». Alan Macintosh, aussi rencontré à travers le conseil d’administration de la fondation OSMO, y était également. Un accélérateur de startups avait été mis sur pied, et la maison était pleine de compagnies en devenir, d’entrepreneurs et de groupes de la communauté. Il semblait y avoir tellement plus d’événements qu’en 2006, et tellement plus de projets réellement en développement. C’est finalement le troisième partenaire de l’aventure, JS Cournoyer, qui m’a convaincu un soir à San Francisco, après quelques bières au légendaire Magnolia que je devrais les rencontrer à nouveau bientôt à Montréal… the rest is history comme on dit.

En m’appuyant sur des données souvent anecdotiques, je savais que des centaines de startups appliquaient à l’accélérateur, quelques milliers d’invidus participaient au Startupfest à Montréal durant l’été, et que le niveau de participation aux activités startups à travers la ville était élevé. Quelque chose d’important était en train de se produire. Par contre, je ne pouvais toujours pas répondre à une question clé qu’on me posait à chaque entrevue, à savoir le nombre de startups à Montréal. Et peut-être plus important encore : pourquoi cette activité importe-t-elle ? Est-ce vrai que la « nouvelle économie » devient tout simplement « l’économie » ?

Nous avions besoin de données. De bonnes données, validées et fiables. Une méthodologie sérieuse. Des résultats qu’on pourrait partager, critiquer, mettre en perspective. Nous avons collectivement décidé que nous devions appliquer la méthode qui semblait être si e fficace : le faire nous-mêmes. Tous ensemble. Par la communauté, pour la communauté.

Et c’est vraiment cette mission et cette passion, pour et par la communauté, avec de grandes ambitions, et une grande humilité, ce désir de bâtir, soutenir, rendre possible ces écosystèmes nécessaires pour que les entrepreneurs se déploient à grande ampleur qui m’a convaincu de rejoindre Real en 2014. Conviction que j’avais déjà, avec des gens avec qui j’avais déjà depuis des années établi des liens de confiances, et qui en sont resté dignes depuis 10 ans.

Très fier aujourd’hui de pouvoir faire équipe avec eux, et de maintenant m’exprimer au “nous” depuis plusieurs années, plusieurs années. Et ceci étant écrit, on en a encore pour une bonne dizaine d’années à continuer sur la même lancée. Ça ne fait que commencer!

Penser numérique. Principes premiers pour réfléchir la société en réseau.

Penser numérique. Principes premiers pour réfléchir la société en réseau.

J’ai bien apprécié vos commentaires et suggestions suite à la publication de mon dernier billet: gouvernance numérique pour une société en réseau. Je me rends bien compte que tout est dans les nuances. Votre apport m’aide à discerner mes angles morts.

Après avoir tenté de communiquer la perspective d’un acteur avec une culture internet (du réseau), ce que je tente d’accomplir ici est d’expliquer les fondements de ma réflexion. Pourquoi j’arrive à certaines conclusions qui ne sont peut-être pas si évidentes.

J’ai été invité à partager cette réflexion vendredi dernier auprès de l’équipe du nouveau ministère de l’économie, de la science et de l’innovation sous la ministre Dominique Anglade. J’ai cru bon prendre quelques notes pour me préparer, je vous partage ça ici.

Voici comment je résume le numérique. Je cadre ma réflexion en m’appuyant sur les trois vagues de Toffler.

  1. La vague agraire et des ressources naturelle: enjeux de production et d’accès
  2. La vague industrielle: enjeux additionnels de transformation et de distribution
  3. La vague de la connaissance: l’acquisition, le traitement et la diffusion de l’information comme moteur socio-économique

Il est important de comprendre que chaque vague s’ajoute à la précédente, elle ne la remplace pas complètement, c’est une multiplication, pas une soustraction. Le numérique est l’aboutissement systémique de la troisième vague: les ordinateurs, les données, internet, et tout ce qui s’ensuit, s’inscrit directement dans cette vague, l’amplifie et l’accélère.

Tandis qu’à l’ère des ressources naturelles, combinée à l’ère industrielle, la chaîne de valeur est principalement influencée par l’accès aux ressources ainsi qu’à leur transformation et distribution, à l’ère de la connaissance, les ressources numériques ont un coût marginal de reproduction ET de distribution. Ça change toute la  chaîne de valeur. Relire Bits and Atoms de Negroponte, publié en 1995 et Being Digital, publié il y a 20 ans, permet de considérer la vitesse à laquelle on intègre ces idées…

Les premières industries à souffrir le changement de la troisième vague ont étés celles ou la majorité de la valeur est créée par l’accès limité. Si l’accès, la reproduction et la distribution sont très faciles, ça change tout le modèle. On a ici des cas qui font aujourd’hui école: Google pour l’accès, Netflix pour la distribution. Je simplifie grandement, mais vous me suivez, n’est-ce pas?

La source principale de valeur à l’ère de la connaissance ce sont les cerveaux, les idées (et la capacité de les réaliser). Donc, c’est là qu’il faut investir le plus. C’est aussi là ou on a le plus grand déficit. C’est pour ça que la formule du plan nerd fonctionne si bien. Par opposition au plan nord qui ne se concentre que sur le paradigme des deux premières vagues, pas de la troisième.

À la question “où doit on investir” pour soutenir l’économie du 21ième siècle, je ne vois qu’une réponse évidente: en éducation! Les écoles, les universités, la  recherche et la formation continue sont les piliers du développement des cerveaux. On peut certainement imaginer de quelle manière l’éducation numérique ajoute à l’éducation classique, mais il n’en reste pas moins que sur le fond, c’est une priorité d’une évidence immense.

Ensuite, l’immigration. Ça mérite probablement un billet en soi, mais on va manquer de compétences dans plusieurs domaines, on ne pourra pas rattraper complètement notre retard, alors il faut complémenter. Et on est bon là dedans l’immigration, surtout si on se compare à la plupart des pays et régions de l’OCDE. Me semble, corrigez-moi si je me trompe.

Si les humains (et leurs cerveaux) sont la ressource première de l’économie (et la société) en réseau, si le savoir s’amplifie et s’accélère par le numérique, l’autre grande priorité c’est de prendre soin des humains. Bien prendre soin des tout-petits, des vieux, des malades, des poqués, des atypiques, de ceux en transition, de ceux qui  se cherchent, de ceux qui subissent les ressacs de la mondialisation et du changement de vague… Pas mal de tout le monde quoi. Ce sont les innovateurs et les entrepreneurs d’aujourd’hui.

Ensuite, de l’écosystème des startups, se permettre de se faire contaminer positivement avec cette culture d’expérimentation, d’itérations, de planification avec en tête un ajustement constant, agile plutôt que waterfall. Soutenir les PMEs parce qu’elles sont les éléments reconfigurables de l’assemblage nécessaire à l’ère de la société en réseau. Bombardier c’est un mainframe. Ça nous en prends quelques-uns, mais l’émergence et le renouveau ne viendra pas de là.

Considérer passer d’un système de plus à une économie du mieux. Parce que sans cesse plus, à terme, surtout sur des ressources limités, ça commence sérieusement à faire moins. Profiter du fait qu’en numérique, ré-utiliser c’est assez facile et peu coûteux. Logiciels libres, standards et données ouvertes. Ou mieux: publiques. Des investissements publics devraient générer des logiciels publics et des données publiques. C’est pas mal niaiseux que tout le monde profite des logiciels libres sauf les gouvernements. J’en ai déjà parlé longuement ailleurs. C’est aussi pas mal contre-intuitif de ne pas réutiliser (ou au moins partager) au ministère de la culture, de la santé et de l’éducation ce qu’on apprends et l’on développe au ministère de l’économie…

Finalement, dans mes notes éparses, j’ai cette notion de consultation publique. Parce que l’enjeu du passage à la société en réseau, parce que le numérique c’est tout, software is eating the world comme disait l’autre. On ne peut pas décider derrière portes closes, avec quelques acteurs invités, même si j’en suis, de ces enjeux d’une importance nationale. On parle bien ici d’assises nationales du numérique. Une consultation publique bi-directionnelle, pas pour écouter et faire taire, pour collaborer et profiter des forces vives du Québec en entier.

Parce qu’on doit se poser des questions difficiles. Ensemble. Par exemple: qu’est-ce que c’est l’industrie des TI(C) quand l’informatique est partout? Pourquoi on a un ministère des mines, un ministère des transports mais pas un ministère du réseau en 2016? L’accès au réseau c’est essentiel au 21ième siècle. Et de la même manière que la ligne électrique, téléphonique ou la route ne se serait pas rendue partout ou elle devait jadis sans une forte directive gouvernementale, ainsi en est-il du réseau “pas rentable” aujourd’hui, partout presque au Québec (même dans les grands centres urbains).

Je me dois de conclure ici pour l’instant, il se fait tard et j’écris sur du temps emprunté à ma nuit. Mais je vous reviens là dessus, parce que ça fait 20 ans que j’y pense et qu’on va passer les 20 prochaines années là dessus…

 

Du numérique au Québec, plan, programme ou principes?

Nous l’avions déclaré en 2012 avec les 13 étonné(e)s: le Québec était en retard. Qu’il était important d’agir rapidement. Sous un gouvernement péquiste, il nous semblait que le fait numérique n’était pas reconnu. J’écrivais à l’époque:

Ma vision des prochaines étapes passe par un manifeste et la formation d’un groupe qui est à la fois une mine de ressources et de créativité mais aussi un chien de garde et un veilleur. J’aime beaucoup la manière dont les différents groupes autour de l’ouverture des données à Québec, Montréal et ailleurs au Canada et dans le monde ont collaborés avec les administrations publiques pour faciliter la transition. Au lieu de juste se plaindre, on participe à régler le problème. C’est tout à fait l’éthique des logiciels libres et la culture internet. Il faut mettre en place une structure auto-portante et qui s’auto-organise pour qu’elle soit pérenne. Des manières de faire qui fonctionnent à 2-3 collaborateurs ou à 456 collaboratrices.

Ce n’est pas ce qui s’est passé. Mais de fil en aiguille, d’un gouvernement à un autre, question de timing ou d’opportunité, l’idée d’un plan nerd fait du chemin. Mais entre la citation et l’action, il y a tout un gouffre. Surtout pour des structures lourdes et traditionnelles comme les gouvernements. Lorsque que la semaine dernière le premier ministre Philippe Couillard, le ministre Jacques Daoust et le député André Fortin ont annoncé la création d’un groupe conseil et le lancement des consultations en économie numérique, on aurait pu conclure que “ça avance”. On a même annoncé des consultations publiques sur internet, début 26 octobre (je vous mets le liens quand je le trouve).

Marion Asselin a réagi rapidement avec un billet vendredi: Oubliez la stratégie numérique. Je ne suis pas toujours d’accord avec Mario, mais sa lecture de l’annonce en dit long sur sa perspective (on est loin de la coupe aux lèvres):

Moi qui pensais que nous étions dans une certaine urgence tant au niveau des conséquences sur l’emploi ou sur l’économie du fait de n’être absolument pas préparés à ce qui arrive… J’en tombe en bas de ma chaise!

Quand j’entends que le gouvernement veut «prendre son temps» treize mois après avoir promis un virage numérique, je comprends qu’il ne sait pas quoi faire et qu’il cherche comment procéder exactement. Ça donne ce que ça donne: des gestes isolés et des annonces à la pièce.

J’ai été invité à participer à ce groupe conseil (liste complète disponible) et j’ai accepté d’y participer malgré les problèmes connus de ce genre de processus (comme par exemple, l’absence d’économistes au sein du groupe, ou la combinaison de l’ampleur de la tâche et peu de temps pour y arriver afin d’avoir des recommandations pour le budget 2016, ça c’est d’ici la fin de l’année). J’ai une approche collaborative et constructive donc si on m’invite à participer, j’ai tendance à dire oui. Je considère que c’est plus facile à changer un système si on y participe et on le comprends, mentalité de hacker je suppose.

J’estime que l’équipe qui travaille le dossier au MEIE (Ministère de l’Économie, de l’Innovation et de l’Exportation) a fait un bon travail de recensement de ce qui existe ailleurs. Nous avons révisé un document synthèse de d’une vingtaine de pages (qui sera public bientôt j’espère) pour évaluer si d’un point de vue économique le tour d’horizon était complet.

Table des matières, groupe de travail économie numérique du QuébecOn a eu 3 sessions de travail pour discuter de ce document, en fait en réviser le contenu. Mon plus grand problème avec ce processus, c’est qu’il est optimisé pour la mauvaise chose: discuter de ce qu’il y à dedans… Je suis certain que c’est une erreur d’y aller par secteur (économie, culture, éducation, santé) mais l’économie (via le ministre Daoust) a pris la pôle position notamment parce qu’ils étaient “un peu plus prêts que les autres” pour aller de l’avant (sauf la culture, qui a déjà annoncé un premier pan du programme et même la suite).

En fait, mon plus grand problème à discuter ce qui est dans le programme, c’est le processus pour discuter tout ce qui n’est pas dedans. Cette impression que “ça avance” mais avec quelque chose qui manque. Avec la conviction que l’approche sectorielle/traditionnelle ne va que renforcer les défauts de ce qu’on a déjà. Je crois que le groupe de travail actuel a quelques forces, mais beaucoup de faiblesses, parce que la représentativité est très classique et industrielle. Une de mes questions fondamentale: c’est quoi l’industrie des TIC si tous les secteurs d’activités sont touchés par les TIC? Si “le logiciel mange le monde” on n’a plus de représentation sectorielle spécifique…

J’ai l’impression que le processus en cours périlleux, on part de documentation/énoncés et on travaille ça petit morceau par petit morceau. C’est la meilleure manière de noyer le poisson. De passer à côté de l’essentiel.

On doit passer de l’étonnement, à l’indignation à la… résignation. Ça va être beaucoup, beaucoup de travail. Est-ce qu’on est prêt à y consacrer des centaines d’heures dans les prochaines années? Ça ne va pas se faire en bas de ça. On peut se demander comment on s’organise pour pouvoir y passer toutes les heures nécessaires sans que ça soit au détriment de ce qu’on doit faire d’autre dans la vie (au plan professionnel et personnel). Mais c’est une vocation pour moi, une mission. Je ne peux pas faire autrement.

Je vous déclare que je suis officiellement “post-plan”. On aurait dû avoir un plan, on ne l’a pas eu. Maintenant on va avoir un “programme”, ça ne va pas aller de soi. Je suis pas mal convaincu que le “P” sur lequel on doit travailler ce sont les “principes”. Sans ces principes directeurs, sans “direction” numérique, tout le reste du programme c’est de la poudre aux yeux ou du processus qui va nous prendre tout notre jus dans la conversation au lieu du progrès. Je veux éviter cette “trappe” parlementaire/politique. Je vais donc concentrer mes énergies à établir/énoncer les principes qui vont guider et accompagner tout le reste de la réflexion et de la mise en action.

En quelque sorte, autant que j’apprécie toutes les questions de Michel Cartier sur http://www.21siecle.com/ je crois que pour aller de l’avant, il faut prendre les questions et proposer des réponses. Les réponses ne seront pas parfaites, mais avec les bons principes, nous serons en mesure de les améliorer avec le temps. Ça sera donc ma quête cette semaine, arriver avec cette liste de principes, qui pourront servir à filtrer/trier/discuter des mesures à mettre en place. En anglais (et chez les geeks) on a ce principe de straw man proposal. Incomplet et possiblement faux, mais on commence avec ça pour amorcer la discussion pragmatique. 

Le défi majeur c’est que la culture numérique est itérative, et que les processus en place au gouvernement ne le sont pas. Il faut statuer d’avance pour que tout le reste de la machine puisse suivre, en modèle waterfall. Il n’y a presque plus personne qui suit ce modèle, mais c’est celui qui dicte le processus décisionnel des budgets, des décrets, des lois et des actions qui seront prises par le gouvernement du Québec en 2016. Je ne suis pas celui qui va hacker le processus, du moins pas cette année. C’est là mon dilemme.

Est-ce que je participe à un processus imparfait auquel je n’ai que peu d’impact? Ça me semble mieux que de ne pas y participer. Je crois aussi fermement que d’y participer ensemble, c’est à dire en public, par le biais de mes écrits et de mes conversations avec vous, ça ne va qu’améliorer le processus. Je prends la chance, c’est trop important.

Le “pourquoi” est tellement plus important que le “comment“. Faire du sens n’est pas facile (ou rapide). Avant de se faire remplacer par de l’intelligence artificielle, j’aimerais bien qu’on puisse démontrer notre intelligence humaine. Quoi que, le futur étant à court terme possiblement une combinaison des deux, j’aimerais au moins qu’on puisse mettre en place une logique aussi solide que celle des meilleurs programmes d’apprentissage machine. Que si une machine pensante venait à poser la question du “pourquoi“, on ne se retrouve pas avec une erreur 404 (pas trouvé de source) comme seule réponse…

Donc je vais travailler à établir cette liste de principes et la partager avec vous pour lire votre perspective. Pas si compliqué non plus, j’ai déjà plusieurs pistes: accès, réseaux, participation, collaboration, ouverture, soutien, renouveau, appropriation. Maîtres chez nous, version 21ème siècle. Après Hydro-Québec: Réseaux-Québec.

À suivre très bientôt.

 

Le plan nerd, version #ForumQc

Le texte de mon allocution de dimanche passé au Forum des idées pour le Québec.


 

Bonjour mon nom est Sylvain, je viens de l’internet.

J’ai écouté avec attention toutes les conférences cette fin de semaine, et je remercie M. Audet pour son tour d’horizon.

Mais je veux vous jaser d’internet 10 minutes avant d’ouvrir la conversation avec vous. L’internet, on pourrait dire que je suis tombé dedans quand j’étais petit.

Je suis né à Rimouski, mon père était programmeur-analyste chez Québec Téléphone.

J’ai toujours été nerd.

Avec des lunettes pis toute, premier dans le rang d’école, choisi dernier pour l’équipe de ballon chasseur.

Je vous raconte ça pour vous donner le contexte, j’ai grandi avec des ordinateurs, qu’on apprenait à programmer dans les magazines américains qu’on allait emprunter à la bibliothèque de Châteauguay.

Et cette idée de pouvoir “faire” des programmes, d’apprendre comment ça marche en les modifiants, en se rendant compte de ce qui ne marche pas aussi, ça m’est toujours resté.

En plus, je suis un curieux compusilf. Furieusement autodidacte.

Quand j’ai découvert internet au début des années 90, je n’en revenais pas.

Un livre qui n’avait pas de dernière page. Il y en avait toujours plus à lire.

Je suis de la culture des premiers hackers internet, ceux du MIT à Boston et du SAIL à Palo Alto.

C’est gens là étaient les plus brillants scientifiques de multiples domaines, qui ont gravité vers les “ordinateurs” pour résoudre les grands problèmes de l’humanité.

Et ces grands esprits (vous pouvez lire leur histoire “where the wizards stay up late”), ont appliqué la méthode scientifique à cette informatique émergente.

Pendant qu’il étaient en train d’inventer les bases du réseau des réseaux, il est arrivé une autre chose intéressante. Dans la Silicon Valley, comme on commençait à la nommer, un modèle d’investissement de capital privé se mettait en place, pour capitaliser (et commercialiser) les recherches, très souvent issues de fonds publics.

Saviez vous que le père du capital de risque moderne était un français? Georges Doriot. Vous lirez “Creative Capital”.

Et c’est cette combinaison extraordinaire qui a fait de la Silicon Valley ce qu’elle est, les entrepreneurs sont des scientifiques, des ingénieurs, soutenus par le capital intelligent (on espère).

Je vous raconte ça pour vous donner du contexte.

J’ai été travailler deux fois en Californie. Je suis revenu deux fois aussi. Je ne sais pas si jamais 2 sans 3 s’applique ici, seul le futur nous le dira.

Mais sans blague, si j’ai quitté San Francisco, ma deuxième ville préférée au monde, après Montréal, et si j’ai quitté Twitter, ou j’ai assez bien payé merci, on a même eu un IPO, si je suis avec vous ici ce matin c’est parce que je suis un hacker.

Hacker, dans le sens positif là. Et il n’y a rien de plus attirant pour un hacker qu’un système qu’il faut développer (et ou débugger).

Un hacker, ça jubile quand ça trouve un problème que tout le monde s’accorde pour dire qu’il est impossible à régler.

Vu que ça veut régler des problèmes impossibles à régler, ça prends tous les moyens nécessaires.

Entre autre, ça veut dire que ça demande à tout le monde, comment tu ferais ça toi? Pas parce que ce sont des socialistes aux cheveux longs, mais parce que ce problème là, il va le régler. Il a besoin des autres pour le régler. Le plus grande humilité intellectuelle commence avec “je ne sais pas”.

Pour manger tout un éléphant, on commence par une bouchée. Un hacker, ça divise les grands problèmes en plus petits problèmes. ÇA se fait une liste des “bugs” des trucs à régler. Ça tente de les reproduire.

Un bug qu’on ne peut pas reproduire, c’est un code 14 (entre la chaise et le clavier). Ça règle les bugs un par un.

Ça ajuste ça liste constamment, parce qu’on découvre en cours de route plein de choses qu’on avait pas imaginé.

C’est pour ça que c’est ridicule les évaluations des projets informatiques.

C’est comme demander, combien de temps ça prends pour construire un véhicule, ça coûte combien? Une trotinnette ou un F18?

Souvent quand on parle d’innovation, j’ai l’impression qu’on se dit que ça nous prends un “véhicule”…

Ça n’aide pas. Ça prends essentiellement une méthode.

C’est ça que j’ai appris depuis 20 ans, dans mes compagnies et chez Twitter, et c’est ce que j’enseigne à mes startups à FounderFuel.

350 compangies ont appliquées cet automne. On en a choisi 8. Beaucoup d’ailleurs. Qui veulent rester ici d’ailleurs. Ça montre l’intétêt.

Donc une méthode. Ça ce virus que je vais tenter de vous transmettre.

Faites attention, je suis un hacker, vous l’avez peut-être déjà sans le savoir 😉

Pourquoi Twitter, sérieusement qui l’aurait cru, pourquoi cette compagnie vaut maintenant 32 Milliard?

Elle optimise au maximum toute les méthodes des hackers pour créer une immense valeur à partir de rien.

Ben pas de rien, à partir de cellules grises. C’est super renouvellable en plus comme matière.

C’est pour ça que je parle de “Plan Nerd” plutôt que de “Plan Nord”.

L’ère industrielle et des ressources naturelles, c’était le 20ème siècle. Ça ne va pas disparaitre.

Mais il s’ajoute toute une couche additionnelle de valeur, Michelle Blanc avait de bons chiffres hier.

On ne peut pas ne pas profiter de cette nouvelle richesse.

Je disais hier à la blague, l’économie ça ne m’inquète pas.

Je n’en reviens pas qu’on donne tant d’efforts pour réduite les dépenses par rapport à augmenter les revenus. L’un n’exclut pas l’autre, je le sais bien, mais me semble qu’on pourrait au moins mettre des efforts égaux.

La mine qui va nous sortir du trou (ok, mauvaise métaphore), la matière première de l’ère du savoir, de la société en réseau, elle n’est pas dans le sol, elle est dans la tête des Québécois.

Et pis là, on est tous en réseau. Il faut apprendre à travailler ensemble. À collaborer. Sinon, on va passer à côté.

Sinon on va manquer la bateau et devenir un pays du tiers monde numérique.
Je ne veux pas ça. Vous non plus. Pis le bateau, il a déjà commencé à quitter le quai.

15% du 21ième siècle est déjà passé.

Alors j’ai besoin de vous. Comment on collabore ensemble?

Comment on fait la liste des “bugs” du Québec?

Est-ce qu’on les comprends. On les priorise.

On les règle un par un. Ensemble.

On se donne des métriques publiques. Redevabilité.

On se donne un plan, on décide ou on s’en va,

Et on commence à manger l’éléphant, une bouchée à la fois…

Merci.